Edito d'avril

Publié le 6 Avril 2016

Chers Amis,

Vous trouverez en téléchargement :

  • Le 13ème numéro de l’œuvre du mois consacré à Elisa Roy, comtesse de Lariboisière dont le très généreux testament a permis la construction du « Versailles des pauvres ».
  • Le tiré à part d’un article de Jean Deleuze rédacteur en chef de la revue du praticien. Jean Deleuze a toujours soutenu la cause du Musée de l’AP-HP dès que celui-ci a rencontré des difficultés et que son avenir a été gravement menacé. Dans cet article est souligné le « lent abandon des musées d’histoire de la médecine » à Paris, situation qui avait été évoquée sur notre blog il y a quelques semaines. L’assemblée générale de la Fédération française des sociétés d’amis de musées, le 19 mars dernier, s’est d’ailleurs faite l’écho de cette dégradation en présence de la directrice des musées de France, Marie-Christine Labourdette.

J’aurai la possibilité de rappeler ce triste bilan, et j’espère quelques-uns de nos espoirs, lors de ma rencontre prochaine avec la mission en charge de la réflexion sur l’île de la Cité.

En attendant nous renouvelons les annonces de notre colloque du 14 avril à Scipion et la visite du Musée de l’Homme le 20 avril. Nous comptons sur vous pour faire connaitre ces évènements et multiplier les inscriptions ainsi que les adhésions à notre association.

Bien à vous,

Jacques Deschamps

Comtesse de Lariboisière

Rédigé par Adamap

Commenter cet article

Jean-François Moreau, Président honoraire de l'Adamap 07/04/2016 16:08

Contrairement à ce qu'a dit Mr Hirsch sur France Inter, Mme Faugère n'a pas vendu le Musée de l'APHP. Elle a vendu l'Hôtel de Miramion siur ordre d'en haut. C'est Mr Leclercq qui avait fermé le Musée de l'APHP et c'est l'honneur de l'Adamap que je présidais alors que d'avoir bloqué cette stupide et criminelle décision pendant l'été 2010. Le Musée avait (re)ouvert en octobre 2010 et j'avais fait voter lors de l'AG de l'Adamap qui s'était tenue à l'Académie de Médecine en décembre une motion demandant l'installation d'un Musée agrandi dans l'Hôtel-Dieu. Après un semestre de discussion avec Mme Faugère et son staff, j'avais obtenu que l'APHP installe le musée dans le cadre du projet Fagon-Lombrail. L'on sait que le pouvoir céda à la pression syndicalo-politique exprimée par l'occupation de l'Hôtel-Dieu. Le prjet fut abandonné, Mme Faugère révoquée, la conservatrice Anne Nardin remerciée et son staff décimé pour être réduit à deux cadres relativement démuni. Les réserves du Musée ont été transférée dans le sous-sol de Bicêtre pour le tout-venant, avec des risques de vol et/ou de dégradation difficlement contrôlables et contrôlés. Le matériel de la plus haute valeur, hérité de l'hôpital de la Charité et d'ailleurs, est censé avoir été stocké dans dans des caves aux normes des œuvres classées, à des prix aussi exorbitants que mystérieux!
Depuis la fin de mes fonctions de président de l'Adamap en décembre 2012, je n'ai cessé de réclamer le respect de la décision de Mme Faugère de reconstituer le Musée de l'AP-HP dans l'Hôtel-Dieu. J'ai lancé le projet de chaire de muséologie hospitalière et réuni une grand mouvement national et international pour faire de l'Hôtel-Dieu un temple universel de la Santé et de la Culture à l'occasion du Congrès SFHP de Lyon en 2014. Je continue à progresser depuis mon installation à Lille dans le cadre d'une action franco-belge. Je n'exclue pas d'être candidat aux élections législatives dans le IVe arrondissement pour faire de l'avenir de l'Hôtel-Dieu un enjeu national.