Publié le 23 Octobre 2016

 Chers Amis,

Nous vous confirmons une importante étape de la mise en place d’une nouvelle organisation à l’AP-HP : la parution de la fiche de poste du conservateur du musée. On peut y lire : « L’AP-HP engage une nouvelle dynamique pour la gestion de son patrimoine culturel avec la création d’un département des patrimoines culturels réunissant le service central des archives et le musée au plus tard au 1er janvier 2017. Rattaché au secrétariat général ce département sera dirigé par un conservateur général du patrimoine option Archives, assisté par un conservateur option Musée. » Nous avons déjà annoncé l’arrivée du chef du département au 1er octobre, souhaitons que ce deuxième recrutement  permette  de relancer prochainement et effectivement la réflexion  sur le projet du futur musée.

Nous pourrons débattre de ces nouvelles perspectives le 24 novembre 2016 lors de notre  conseil d’administration et de notre assemblée générale  qui se tiendront au Comité de Paris de La Ligue contre le cancer au 89 boulevard Auguste Blanqui – 75013 Paris. 

Il faut se féliciter des importants travaux engagés depuis plusieurs semaines à l’hôpital Saint-Louis : la réfection complète de la toiture du bâtiment qui abrite l’exceptionnel  musée des moulages et ses 4800 pièces ainsi qu’une bibliothèque médicale et ses ouvrages remarquables. Cet ensemble unique au monde était gravement menacé depuis la tempête de décembre 1999 qui avait dévasté le toit occasionnant de très nombreuses fuites.

Nous vous signalons la réédition d’un ouvrage paru en 2014, très complet sur l’histoire et l’architecture de l’hôpital : L’HOPITAL EN FRANCE aux Editions Lieux ,rédigé par les meilleurs spécialistes et déjà distingué par la médaille d’or de la société française d’histoire des hôpitaux (onglet "Publications").

Enfin vous trouverez ci-dessous l’annonce de nos deux prochaines visites : Musée de Sainte-Anne et l’Hôtel-Dieu et dans la rubrique "Calendrier" de ce blog plusieurs rendez-vous  dont celui de nos amis les AAA le 3 novembre pour débattre de l'"Hôpital numérique".

Amitiés

Jacques Deschamps

NB : adamap.org  connait une fréquentation régulière et encourageante, elle serait plus importante si vous vous y abonniez en haut et à droite de la page accueil.

    Nous vous proposons deux visites

 

Première visite : le 16 novembre 2016 à 15 h.

 Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (ex Musée Singer-Polignac)

1 rue Cabanis, 75014 Paris

Exposition temporaire « Brut et Joli » - accès gratuit

Rendez vous devant l’entrée du musée à l’intérieur de l’Hôpital

Métro : Glacière

 

Deuxième visite : le 15 décembre à 15 h.

Une visite singulière de l’Hôtel-Dieu par Aurélie PREVOST- médiatrice culturelle du Musée- avec découverte de lieux inédits.

Rendez- vous dans le hall côté parvis de Notre-Dame -  accès gratuit à cette visite.

Merci de vous inscrire pour ces deux visites soit par message téléphonique ou électronique.

Voir les commentaires

Rédigé par Adamap

Publié le 4 Octobre 2016

Chers Amis,

Découvrons ensemble des informations porteuses d’espérance ou témoignant d’évolutions positives.

Un conservateur général du patrimoine- Madame Hélène Servant- vient de prendre ses fonctions au Service des Archives de l’AP-HP. Nous attendions cette arrivée qui déclenchera prochainement la publication du poste de responsable du Musée, pour une prise de fonction début 2017. Sans rien oublier des vicissitudes passées, nous souhaitons établir la meilleure relation possible avec ces nouveaux responsables et collaborer à de nouveaux projets de valorisation des fonds et des collections. A suivre donc après cette longue période d’incertitude.

Après une vingtaine d’années d’efforts, le Musée d’Art et d’Histoire de l’hôpital Sainte-Anne (ancien Musée Singer-Polignac) a obtenu le label Musée de France.

Découvrez ses activités et la présentation de son actuelle exposition temporaire grâce à ce lien :

http://www.centre-etude-expression.com

Suite à notre dernier colloque les échanges se renforcent avec d’autres équipes muséales.

En témoignent notamment :

- la lettre du musée des Hospices Civils de Lyon que vous pourrez parcourir en allant sur :

http://www.chu-lyon.fr/web/4696

- la lettre de l’Association du Musée hospitalier Régional de Lille :

http://www.blog.patrimoinehospitalierdunord.fr/spip.php?article24&lang=fr

- la visite de certaines d’entre nous, parfaitement accueillies, au Conservatoire du Patrimoine médical de Marseille

Enfin les échanges maintenus ou projetés avec les Anciens de l’APHP et la revue de l’Internat de Paris sont autant de soutiens à nos projets.

A l’Hôtel-Dieu, les dernières journées du Patrimoine, organisées par les équipes des Archives et du Musée, ont attiré plus de 1200 personnes. L’ADAMAP était présente à différents moments. Toutes les visites étaient complètes. Les différents panneaux de l’exposition « éphémère » "les Hôpitaux dans la guerre ‘’ étaient installés dans le hall et ont rencontré un très nombreux public.

Nous avons également le plaisir de vous transmettre le 15e numéro de l’œuvre du mois édité par le musée de l’AP-HP.
Il est consacré à plusieurs photographies stéréoscopiques prises par le Dr Clovis Vincent en 1916 durant la Première Guerre Mondiale. Ce procédé photographique reproduit la vision humaine (3D). Ces photos sont aussi l’occasion d’évoquer l'affaire du procès de Baptiste Deschamps (soldat plicaturé) face au Dr Clovis Vincent.
Le Dr Clovis Vincent est l’un des fondateurs de la neurochirurgie française.Vous pouvez dès à présent le télécharger.

Enfin, n’oubliez pas de consulter les propositions de notre rubrique « Calendrier ».

Amitiés

Jacques Deschamps

Voir les commentaires

Rédigé par Adamap

Publié le 5 Septembre 2016

Chers Amis,

Avant tout je vous souhaite une excellente rentrée après cet été si chargé d’émotions.

Les nouvelles institutionnelles sont peu fournies. Le rattachement du musée au secrétariat général, et non plus à la communication, est toujours en attente comme l’arrivée du conservateur aux archives.

Nous reprenons nos activités et nous ne manquerons pas de vous communiquer nos propositions de visites et la date retenue pour nos réunions statutaires annuelles (CA et AG). J’évoque ces sujets car ils peuvent faire aussi l’objet de propositions ou de contributions de votre part.

Dans la rubrique « calendrier » vous trouverez le programme de diverses manifestations dont le programme des prochaines journées du patrimoine à l’AP-HP.

Vous ne serez pas surpris d’y découvrir que nous mettons particulièrement l’accent sur les animations prévues à l’Hôtel-Dieu….

Amitiés

Jacques Deschamps

Voir les commentaires

Rédigé par Adamap

Publié le 16 Août 2016

Bonjour à tous,

Didier Rykner maintient sa vigilance sur le devenir des collections du musée. Il a récemment écrit un article sur le dépôt du musée de l’AP-HP au musée des Beaux-Arts de Rennes que je vous invite à lire ci-dessous.

Plusieurs dépôts importants pour le Musée des Beaux-Arts de Rennes

Les enrichissements des musées peuvent se faire par d’autres moyens que les achats, les dons ou les legs. Il existe dans notre pays tant d’œuvres en déshérence, tant d’objets conservés dans des réserves et que l’on ne pourra jamais voir exposés qu’il est souhaitable de réfléchir aussi aux manières de présenter ce patrimoine.

 Christ aux outrages  - Hendrick ter Brugghen
Christ aux outrages - Hendrick ter Brugghen

Le Musée des Beaux-Arts de Rennes, dont nous ne cessons de louer la politique remarquable qu’il mène depuis quelques années, l’a bien compris. Outre ses acquisitions (il y en a de nombreuses, et nous parlerons des plus récentes dans plusieurs brèves à venir), cet établissement a pu accrocher récemment sur ses murs beaucoup d’œuvres qui complètent et renforcent ses collections, sans avoir à dépenser un euro (si ce n’est en transport).

Il faut distinguer plusieurs types de dépôt. D’une part ceux qui consistent à montrer des œuvres de musées actuellement fermés pour travaux. Nous voulons ici parler de véritables travaux, pas d’un prétexte pour fermer un musée qui ne doit plus rouvrir. C’est ainsi que l’on peut voir actuellement à Rennes deux tableaux des collections de Nantes : la Portrait de femme de Virginia Vezzi, acquis en 2009 (voir la brève du 23/4/09) et un grand chef d’œuvre de son époux, Simon Vouet, L’Apothéose de saint Eustache. Si ces deux toiles vont bientôt rejoindre leur musée d’origine pour sa prochaine réouverture, quatre autres tableaux du XVIIe siècle viennent de prendre leurs quartiers sur les cimaises du musée de Rennes. Il s’agit ici d’un deuxième type de dépôt : montrer des collections de musées fermés dont on ne sait pas quand ils rouvriront, ni même s’ils rouvriront vraiment. Cela permet au moins de présenter ces tableaux au public et de rappeler l’existence du musée afin de ne pas l’oublier.

Noël Coypel (1628-1707) Visitation, 1663 - Adoration des bergers, 1663 Noël Coypel (1628-1707) Visitation, 1663 - Adoration des bergers, 1663

Noël Coypel (1628-1707) Visitation, 1663 - Adoration des bergers, 1663

Il s’agit en l’occurrence du Musée de l’Assistance Publique, scandaleusement fermé en 2010 pour vendre l’hôtel qui l’abritait (voir nos articles). Un conservateur des archives vient d’être nommé pour superviser à la fois les archives de l’APHP, mais aussi le musée de l’APHP. La bonne nouvelle, c’est qu’elle doit recruter prochainement un conservateur du patrimoine pour ce musée fermé, même si on se demande pourquoi les archives devraient superviser le musée1. La mauvaise nouvelle, c’est que le directeur de l’APHP, l’ancien ministre Martin Hirsch, semble avoir un peu de mal avec la notion même de musée : sur l’antenne de France-Inter, le 4 avril 2016, il s’est en effet félicité que le musée ait « rouvert virtuellement » puisque « on a numérisé tous les trésors qu’on a là pour les rendre à disposition ». Fort heureusement, le journaliste lui fait remarquer que ça ne remplace pas le musée. Et Martin Hirsch de répondre qu’il y a deux hypothèses : « avoir un espace temporaire d’expositions sur lesquelles on fasse tourner la collection » ou « faire une collection permanente, ce qui est effectivement beaucoup plus cher, qui nécessiterait des sous, des mécènes etc. ». Martin Hirsch devrait savoir qu’il n’y a pas une collection permanente « à faire » mais que cette collection permanente existe, et qu’il n’est pas question de « faire tourner les collections » dans des expositions temporaires mais bien de rouvrir un musée de l’Assistance Publique comme d’ailleurs, à l’époque, l’APHP l’avait promis (voir la brève du 27/6/11). Martin Hirsch est engagé par cette promesse faite publiquement d’une « réouverture du musée au plus tard en 2015 », alors que rien n’a pour l’instant été fait. Inutile d’ajouter qu’une nouvelle fois, dans cette affaire, le ministère de la Culture et la DRAC sont totalement absents. Audrey Azoulay ne se gêne pas pour tancer un maire qui n’est pas de son bord politique pour avoir fermé un centre d’art (et elle a raison) mais elle reste curieusement muette quand un musée tel que celui de l’APHP ferme ses portes et que ses collections partent en réserves…

Nicolas de Plattemontagne (1631-1706) Sainte Geneviève donnant sa protection aux malades

Nicolas de Plattemontagne (1631-1706) Sainte Geneviève donnant sa protection aux malades

Mais revenons à Rennes où l’APHP a accepté de mettre en dépôt (reconnaissons lui ce mérite) plusieurs tableaux. D’abord, son grand ter Brugghen, chef-d’œuvre absolu qui sera ici en bonne compagnie aux côtés du Honthorst et des Matthias Stomer des collections rennaises. Ensuite, les deux tableaux ovales de Noël Coypel. provenant de la chapelle de l’hôpital Laënnec, qui rejoignent une collection déjà très riche en œuvres de cet artiste auteur, avec Charles Errard, des peintures du Parlement de Rennes. Enfin, Sainte Geneviève donnant sa protection aux malades, une toile de Nicolas de Plattemontagne qui sera exposée non loin d’œuvres de son maître Philippe de Champaigne.

Un troisième type de dépôt permet de présenter des œuvres prêtées pour trois ans renouvelables par des musées qui ne les accrochent pas actuellement sur leurs murs. Il est alors toujours préférable qu’ils soient vus, fût-ce dans un autre musée. C’est ainsi qu’un Raoul Dufy, Voiliers dans le port du Havre et un Marcel Gromaire, Les jeux sur la plage, ont été déposés par le Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

Un quatrième genre de dépôt enfin s’apparente davantage à de vraies acquisitions car ils resteront longtemps, peut-être même définitivement, dans le musée qui les accueille. Il s’agit d’une part de ceux du Mobilier National qui n’ont plus vocation à décorer des bâtiments officiels mais qui trouvent toute leur place dans un musée. C’est ainsi, comme nous l’avions annoncé (voir l’article), que de nombreuses œuvres présentées dans l’exposition sur les Tentures du Parlement de Rennes ont rejoint les collections bretonnes. C’est encore plus vrai peut-être des œuvres du CNAP (Centre National d’Art Plastique), véritable « collection sans murs », expression que l’on trouve sur son site internet, et qui a pour vocation de déposer des tableaux ou des sculptures dans les bâtiments publics, dont les musées. Un extraordinaire Devambez est désormais accroché à Rennes. Ce chef-d’œuvre étonnant représente l’Exposition Universelle de 1937 vue de la tour Eiffel (ill. 6). On est souvent frappé chez cet artiste par ses points de vue plongeant, comme ici ou comme dans La Charge du Musée d’Orsay ou Les avions fantaisistes du Musée départemental de l’Oise.
Enfin, le musée s’est également enrichi de trois autre dépôts du CNAC : un grand portrait de femme par Carolus-Duran (ill. 7), mais aussi (même si cela sort de notre champ) de deux toiles de Joan Mitchell, qu’il serait certainement incapable d’acquérir de manière onéreuse tant cette artiste est chère aujourd’hui. Il se passe décidément toujours quelque chose au Musée des Beaux-Arts de Rennes.

Didier Rykner, jeudi 21 juillet 2016

Voir les commentaires

Rédigé par Adamap

Publié le 5 Août 2016

Janine Beaugrand
Janine Beaugrand

J’ai la tristesse de vous faire part du décès de notre amie Janine Beaugrand dont la personnalité et l’action ont marqué des générations de travailleurs sociaux.

Après une formation d’infirmière puis d’assistante sociale, parcours requis à la fin des années 50, elle avait exercé notamment à Trousseau et à Lariboisière avant de rejoindre le siège. Elle fut alors, auprès d’Annette Grumbach, un des piliers de la politique d’humanisation des hôpitaux dans les années 70 comme responsable du service social hospitalier, poste qu’elle occupera jusqu’à son départ de l’AP-HP.

A sa retraite elle participa au développement de l’association de lutte contre la maltraitance des personnes âgées -ALMA Paris- dont elle fut présidente en 2002.

Nous nous souvenons d’elle aussi comme membre des conseils d’administration des Amis, Alumni et Anciens (AAA-APHP) et de l’ADAMAP.

Ses obsèques seront célébrées vendredi 12 août à 10h45 à l’église Saint-Pierre-Saint-Paul à Rueil-Malmaison.

Jacques Deschamps

Voir les commentaires

Rédigé par Adamap